Esquimaux ou Eskimos (ou plus rarement Eskimaux) est un exonyme, considéré comme péjoratif, utilisé pour nommer principalement les Inuits mais également les Yupiks. Ces peuples autochtones de l'Arctique vivent en Alaska, dans le Grand Nord canadien, au Groenland et en Sibérie orientale. Bien que les inuits représentent la majorité de la population désignée par le terme Eskimo, ce terme, popularisé par les explorateurs du XIX siècle, ne distingue aucune ethnie particulière. Il n'est pas utilisé par les Inuits eux-mêmes et est de nos jours considéré comme discriminatoire voire insultant par ces derniers. L'ensemble des peuples couverts par le terme « esquimaux », y compris les Yupiks, est représenté au sein du conseil circumpolaire inuit.

Le terme français le plus commun, esquimau (féminin esquimau, parfois esquimaude, pluriel esquimaux) est attesté pour la première fois en 1691 dans la Nouvelle relation de la Gaspésie de Chrétien Le Clercq (sous l'orthographe eskimau, pluriel eskimaux), où il désigne les « habitants des régions arctiques de l'Amérique ».

La dénomination pourrait venir d'un terme algonquin du XVII siècle signifiant « mangeur de viande crue ». Une autre hypothèse émanant de certains linguistes fait valoir que les premiers explorateurs européens ont obtenu le terme à partir d'un autre mot algonquin micmac ayant rapport avec les raquettes à neige. D'autres encore ont proposé qu'il signifiait « les locuteurs d'une langue étrangère ».

Le terme a été popularisé par les explorateurs polaires du XIX siècle, notamment dans les revues de voyages telles que Le Tour du monde. D'après Francis Barnum, le nom viendrait du missionnaire jésuite français Charlevoix établi au Canada au XVII siècle; ce qui est peu crédible, puisque Charlevoix arrive au Québec en 1705 alors que le terme est attesté en 1691.

Les eskimologues, aujourd'hui inuitologues, ont adopté au XX siècle, le terme « eskimo », invariable dans l'orthographe danoise, pour désigner traditionnellement le groupe linguistique.

«La campagne qui vise à remplacer l'usage de "Esquimau" par celui de "Inuk" et "Inuit" dans les langues européennes s'appuie sur une théorie erronée. Il ressort de l'étude des termes des langues algonquiennes pour désigner les Inuit que l'algonquin et l'ojibwa sont les seules langues où on leur applique un terme signifiant "mangeur de viande crue". Mais ce terme n'est nullement à l'origine du mot "esquimau". Dans la presque totalité des autres langues, les Inuit sont désignés par un terme d'origine proto-algonquienne qui, dans une région qui a pour centre l'embouchure du Saguenay, désigne les Indiens micmacs de la Gaspésie. C'est de ce groupe de langues qu'aurait été emprunté le mot "esquimau" et son sens serait « parlant la langue d'une terre étrangère».

«Avec le recul, on constate que rien ne justifiait le rejet du mot esquimau, victime d'un jugement dépréciatif non fondé...» (Steve Canac-Marquis Un peu de ménage... ethnique https://id.erudit.org/iderudit/44355ac)

En Alaska, le terme « Eskimos », rejeté par les inuits Iñupiat, est toléré par les populations yupiks qui ne veulent pas être assimilés au peuple des Iñupiat. Les Yupiks préfèrent néanmoins simplement le terme « Yupik ». Le terme « Alaska Natives », littéralement « natifs de l'Alaska », est plus convenable qu'« Eskimo » pour désigner l'ensemble des populations yupiks et iñupiat d'Alaska.

Gratis Bildwierderbuch
All Biller kënne gratis fir privat, net-kommerziell Zwecker benotzt ginn.
Als Enseignant kanns du dës och gratis an denger Klass benotzen.
Hëllef eis nei Biller ze kreéieren an dës gratis Websäit online ze halen andeems du en Don méchs - Merci!